Pour l'anniversaire de mon amie ce WE, j'ai cuisiné un gateau à étages au chocolat et fourré à la mousse de poires. Mais j'ai enchainé les erreurs à vouloir aller trop vite.

Mon gateau à étage est une recette de c'est maman qui l'a fait, . Mon problème réside dans mon four qui cuit mal. Donc tous mes gâteaux sont craquelés sur le dessus et ne montent pas beaucoup. La recette est prévue pour trois gateaux mais je n'ai jamais réussi à en faire que 2. C'est déjà bien suffisant pour monter un gateau à étage. Sinon, il faut prendre un moule de 15 cm de diamètre. Ici, j'en ai pris un de 20. Le premier gâteau, je l'ai démoulé trop vite car il était tard et j'en avais encore un à cuire (c'était la veille au soir de l'évènement). Fatale erreur, il a cassé en 2, grrr!!!

J'ai donc inventé un nouveau concept : la patimaçonnerie, ou l'art de colmater les brèches avec le fourrage. Sauf, que les deux pans du gâteau supérieur se sont écartés, encore grrr... La recette de la mousse de poire ici. Mais faire une chantilly un jour d'orage, c'est pas la meilleure solution. Surtout si on met du sucre cassonnade, c'est à dire à gros grains. Ne jamais faire ça, mauvaise idée! Que du sucre fin et encore mieux : du sucre glace, au diable les principes. Là, la chantilly a granulé... franchement moche. Et j'ai vraiment commencé à stresser. Je l'avais pourtant déjà réussie avec succès dans mon rainbow cake...

Pour le glaçage, j'ai voulu faire une chantilly toute simple, ma copine n'aimant pas trop le cream cheese, ce qui est dommage parce que les glaçages avec du cream cheese c'est quand même une valeur sûre : c'est simple, ça se fait vite, ça tient bien, c'est bon...

Donc, ma chantilly... La chantilly, elle joue avec les nerfs avec une question principale : quand arrêter le batteur! Ben oui, avant que soit elle retombe, soit elle fasse du beurre. Ayant déjà raté celle de la mousse de poire, j'ai pas voulu prendre de risque. Elle me semblait ferme mais en fait pas trop...

Comme j'étais un peu fébrile de tous ces ratages, j'ai fait des choux pour assurer le cachou. Et là miracle! Pas de soucis, ils étaient supers! Je les ai fourré à la chantilly, glacés au sucre glace coloré en plusieurs nuances de rose et je les ai disposés sur le gâteau pour faire comme un bouquet. J'ai complété les trous avec de la chantilly. De la patimaçonnerie je vous dit, ou l'art de cacher les erreurs...

Au fait, j'ai du mettre des cure-dents dans les choux de la périphérie du haut du gâteau. Eh oui, la chantilly, pas ferme... glissante...

J'étais pas rassurée quant au résultat final mais surtout quant au transport du gâteau jusque chez mon amie...

Au final, il a bien plut je crois. Et comme il faisait nuit et qu'on était dehors, il y a que moi qui a vu les défauts, lol!!!

 

Le bilan : la patisserie de ce type nécessite quand même une concentration, une tranquillité, un état d'esprit, en clair, de bonnes conditions ! Comme moi j'ai un peu couru, un peu stressé, un peu travaillé entre deux, c'était pas top top. Mais avec un peu de créativité, j'ai rattrapé le coup! C'est un peu kitch non?

IMG_9594

IMG_9600

IMG_9603

IMG_9604

IMG_9635

 

IMG_9678